6 façons de faire face aux attitudes négatives qui perturbent votre vie

6 façons de faire face aux attitudes négatives qui perturbent votre vie

Il existe de nombreux exemples d’attitudes négatives dans la société actuelle. Beaucoup de gens pensent comme ça :

  • « J’ai peur des erreurs. Je n’ai pas le droit de me tromper » ;
  • « Je ne peux pas réussir sans argent et sans relations » ;
  • « Je ne sais pas comment gagner de l’argent et je n’arriverai à rien » ;
  • « Mon apparence est laide. Personne n’aime les gens gros ou très minces » ;
  • « Je préfère vivre comme je suis maintenant, plutôt que de me lancer dans l’inconnu » ;
  • « J’ai envie de pleurer ou de me plaindre de mes problèmes, mais je n’ai personne ».

Et ce ne sont là que quelques exemples d’attitudes négatives. En fait, il en existe beaucoup d’autres.

Pourquoi surgissent-elles dans la tête des gens ? Elles peuvent apparaître pour diverses raisons : à cause de remarques désobligeantes des parents, de critiques au travail, de compliments douteux de la part de connaissances ou de mauvaises expériences dans le passé. Dans tous les cas, elles sont fermement ancrées dans le subconscient et peuvent désormais nuire à l’épanouissement au travail, à la construction de relations avec des amis ou des partenaires et (surtout) à l’amour de soi.

La bonne nouvelle est que vous pouvez travailler sur les attitudes négatives et les remplacer progressivement par des attitudes positives ! Et aujourd’hui, nous allons parler des moyens d’y parvenir.

Que sont les attitudes psychologiques et comment affectent-elles la vie ?

Les attitudes psychologiques sont des croyances qui sont apparues à un moment donné de la vie d’une personne. Souvent, elle n’en a même pas conscience, mais elles influencent ses actions dans différentes situations.

Les attitudes psychologiques peuvent être positives ou négatives. Par exemple, si les parents félicitent l’enfant et soulignent ses points forts, il est fort probable qu’il intériorise la croyance « Je suis bon, je peux le faire ». Si les déficiences sont constamment soulignées, l’enfant risque de devenir pessimiste et d’adopter l’attitude négative suivante : « Je ne réussirai pas ». À cause de cela, même à l’âge adulte, il sera difficile de commencer de nouvelles activités.

Avant de travailler sur les croyances négatives, vous devez déterminer quelles attitudes psychologiques vous avez. Pour ce faire, vous pouvez les écrire sur papier et réfléchir à leur origine. Si rien ne vous vient à l’esprit, vous pouvez vous poser des questions :

  • « Quels messages verbaux et non verbaux mes parents m’ont-ils transmis ? »;
  • « Qu’est-ce que les enseignants et les camarades m’ont dit pendant mes années d’école ? » ;
  • « Y a-t-il eu des situations où je n’étais pas bon dans quelque chose ? Comment me suis-je senti ? ».

A quoi cela sert-il ? Premièrement, il vous fera prendre conscience que les attitudes néfastes existent vraiment, et comprendre à quoi elles ressemblent. Ensuite, elle vous permet de les regarder de l’extérieur et avec un esprit ouvert. Parfois, cette étape suffit pour comprendre comment changer sa vie (une évaluation objective de la situation permet de constater l’échec de l’attitude et de la remettre en question).

Comment faire face aux attitudes négatives ?

Il existe au moins six moyens efficaces d’arrêter de le faire :

1. S’engager dans une pratique d’écriture libre

Les pratiques d’écriture aident à faire face aux expériences désagréables et à libérer les émotions négatives. Par exemple, l’écriture libre est un moyen de mettre son esprit sur papier et d’y trouver des pensées dérangeantes.

Formulez une affirmation qui vous dérange, et essayez de déterminer les sentiments qu’elle évoque. Prenez une feuille de papier et un stylo, ou ouvrez un traitement de texte. Fixez une limite de temps : si vous commencez tout juste à pratiquer le freelancing, écrivez pendant 10 minutes. Progressivement, vous pouvez augmenter les sessions à 15-20 minutes.

Commencez à écrire. Ne relisez pas, ne corrigez pas les erreurs et n’analysez pas ce que vous avez écrit. Si rien ne vous vient à l’esprit, écrivez « Je n’ai pas de pensées ». Vous pouvez écrire la même phrase encore et encore – cela aide à soulager votre cerveau. Des pensées utiles finiront par surgir sur le papier, même si cela prend plusieurs sessions d’écriture.

Lorsque le temps est écoulé, arrêtez-vous et relisez ce que vous avez écrit. Soulignez les idées qui méritent l’attention. Si cela n’a pas de sens, faites une pause et essayez une deuxième session plus tard, lorsque vous pourrez vous concentrer sur le sujet que vous voulez comprendre.

2. Essayez de remplacer les attitudes néfastes par de nouvelles attitudes positives

Cette méthode vous aidera à déplacer le centre d’attention de ce qui est mauvais vers ce qui est bon en vous.

Faites une liste de vos attitudes négatives, et en face d’elles, écrivez des attitudes utiles : le contraire ou simplement avec une signification positive. Au lieu de « L’amour doit être gagné », écrivez « Je mérite l’amour ». Et au lieu de « L’argent ne fait pas le bonheur », écrivez « L’argent me donne de nouvelles opportunités ».

La persuasion doit être formulée au présent, être spécifique et évoquer des émotions positives. Évitez la particule « Pas » : au lieu de « Je ne veux pas gagner peu d’argent », écrivez « L’argent entre facilement dans ma vie ».

Relisez chaque jour les attitudes positives, en vous les disant à vous-même et en prêtant attention aux émotions qui surgissent. Avec une pratique régulière, les zones du cerveau responsables du traitement de l’information peuvent s’activer, ainsi que les centres de récompense qui répondent à d’autres expériences agréables.

Conseil : il n’est pas toujours possible de se défaire de manière autonome des attitudes négatives et de les remplacer par des attitudes positives. Dans ce cas, il est judicieux de consulter un psychologue : il aidera à mettre en lumière les croyances présentes et à les dépasser.

3. Faites un collage de vos réussites

Cela vous permettra de vous distraire des pensées négatives, et en même temps de vous exprimer de manière créative.

Souvenez-vous des moments où vous étiez heureux et confiant, et des réalisations dont vous êtes fier. Notez chacune d’entre elles sur une feuille séparée, et si possible, étayez-les par des photos ou des illustrations. Ensuite, rassemblez-les tous en un seul endroit : mettez-les dans une belle boîte ou faites un collage en ligne (par exemple, sur Pinterest) ou physiquement (sur un tableau de liège).

Un tel collage peut être placé au-dessus de votre bureau ou accroché dans la chambre au-dessus de votre lit. Regardez-le périodiquement pour vous rappeler les bonnes choses et pour vous rappeler que les attitudes négatives ne sont que des pensées intrusives, et non le reflet de la réalité. Le fait de vous souvenir des choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant vous aidera à vous sentir plus heureux et vous donnera l’espoir du meilleur.

4. Pratiquez la méditation

La méditation aide à combattre la colère et d’autres émotions négatives, y compris celles concernant soi-même. Elle vous apprend également à orienter vos pensées dans la bonne direction.

Pour vous débarrasser des critiques intérieures, vous pouvez pratiquer la méditation régulièrement le matin ou le soir. Et si des émotions liées à des attitudes néfastes vous envahissent au cours de la journée, faites une pause, méditez et reprenez vos activités.

La méditation ne vous prendra pas beaucoup de temps. Vous pouvez vous réserver 15 à 20 minutes par jour pour commencer. Vous n’êtes pas obligé de méditer dans la position du lotus. Vous pouvez également vous asseoir sur une chaise, à condition que votre colonne vertébrale soit droite.

Pendant la méditation, votre tâche consiste à vous concentrer sur quelque chose de précis. Certaines personnes se concentrent sur la respiration, d’autres répètent un mantra. Mais pour un débutant, vous pouvez aussi choisir un objet matériel, comme regarder la flamme d’une bougie.

Pendant la méditation, diverses pensées vous viendront à l’esprit : des projets, des bribes de conversation ou l’envie de changer de posture. Essayez d’ignorer ces distractions afin de pouvoir revenir sans cesse à l’objet sur lequel vous vous concentrez. La méditation vous aidera à développer votre concentration et à apprendre à remarquer ce qui se passe dans votre corps.

5. Analysez votre environnement

Il s’agit d’une tâche émotionnellement difficile mais importante. Parfois, certains amis, collègues, copains ou parents ne font qu’alimenter la croyance en des attitudes néfastes. Ils peuvent être guidés par les meilleures intentions du monde (simplement parce qu’ils croient en la vérité de ces attitudes).

Mais si vous vous sentez constamment fatigué ou irrité après avoir communiqué avec cette personne, vous devez vous méfier.

Soyez attentif : Votre ami est-il heureux de vos réalisations, ou ne fait-il que critiquer ? Réfléchissez : le traitez-vous avec confiance, ou essayez-vous de ne pas trop en dire ? Si vous pensez que la communication n’apporte pas un peu de positif, il peut être nécessaire de la limiter.

6. Consultez un psychologue en ligne ou en personne

Il peut être difficile de tout affronter seul, c’est pourquoi une aide professionnelle est tout indiquée. Un psychologue vous aidera à comprendre la situation difficile de la vie et à travailler sur les attitudes néfastes.

Conseil : La peur d’aller chez le psychologue peut aussi être une attitude négative. Mais en fait, c’est un moyen de mieux se comprendre, de trouver les sources de mal-être et d’arriver progressivement à une relation saine avec soi-même et les autres.

Vous pouvez travailler avec un psychologue en ligne – ce n’est pas moins efficace qu’une réunion en face à face, et vous n’avez pas besoin de dépenser du temps et de l’énergie sur la route.


No more posts
No more posts