L’ami de la femme ou ce qui s’est passé une fois, ça ne compte pas

L’ami de la femme ou ce qui s’est passé une fois, ça ne compte pas

Je travaille comme psychologue familiale et un jour, une femme nommée Cheryl est venue me voir avec le problème suivant :

« J’ai un mari, et j’ai un meilleur ami », dit Cheryl. « Tout est clair avec mon mari, et mon meilleur ami est avec moi depuis de nombreuses années, je lui fais confiance. Nous discutons de tous mes soucis avec lui ».

J’ai toujours été amusé par de telles déclarations. Qu’est-ce qui se passe dans la tête de cette femme ? Comment peut-on avoir des meilleurs amis quand on a un mari ? Il ne peut pas être le meilleur ami ?

Cheryl a persisté. Elle pensait qu’elle pouvait discuter de tout avec sa meilleure amie, mais pas avec son mari. Il ne comprendrait pas, il jugerait, il rirait. Mais le meilleur ami, lui, comprendra certainement.

À mon avis, si une femme se rapproche d’un homme, il y aura inévitablement une alchimie entre eux, s’il n’y a pas d’éléments perturbateurs. C’est tout simplement inévitable.

Et c’est ce qui s’est passé.

Un jour, Cheryl discutait trop ouvertement avec un petit ami et il s’est avéré qu’ils souhaitaient discuter d’un sujet picant (vous savez quoi). Le petit ami voulait parler à Cheryl depuis longtemps, mais il était timide. Puis les deux se sont entendus. Il a partagé ses histoires. Cheryl a parlé de ses problèmes avec son mari. Ils ont commencé à partager leurs pensées. Et puis ils se sont rencontrés.

« Ce qui s’est passé une fois ne compte pas », pensait Cheryl. Mais ensuite elle a eu l’envie de parler à d’autres hommes. Un collègue de travail. Un ami de l’université. Elle a réalisé qu’avec son mari, elle manquait d’inspiration. Mais le beau collègue d’à côté était intéressant.

Sa relation avec son mari se détériorait. Il sombrait dans la dépression, ne voulait rien, restait allongé sur le canapé toute la journée. Cheryl a commencé à le mépriser.

À ce stade, beaucoup de gens auraient de la peine pour le mari de Cheryl et la gronderaient à chaque mot. Mais le vrai problème est qu’ils sont tous les deux à blâmer. Ils n’ont jamais appris à se parler. Pourquoi le mari aurait-il autorisé l’existence d’un meilleur ami ? Je m’y serais fortement opposé. Pourquoi n’a-t-il pas demandé à être sincère avec sa femme ? Pourquoi s’est-il moqué des expériences de son épouse ?

Après tout, le fait que Cheryl s’en aille partager des secrets avec une amie signifiait qu’elle avait des difficultés avec son mari. Et c’était le travail de son mari de rendre les dialogues sincères confortables. Elle ne voulait pas écouter – alors elle est partie vers quelqu’un d’autre.

Le mari est entièrement responsable, à ses 50%, du fait que sa femme a commencé à le tromper. Et sa dépression et son mauvais état sont à 100% de sa responsabilité.

Que faut-il faire dans cette situation ?

  1. Divorcer ou ne pas divorcer dans le cas de tels « amis » est l’affaire de chacun. Mais il faut apprendre à parler à votre femme, à entendre ses demandes, ses problèmes, pour qu’elle ne se réfugie pas chez ses « amis ». C’est évident ;
  2. Ne blâmez pas l’autre moitié pour tout, mais apprenez à voir votre part de responsabilité. Reconnaissez que « oui, si j’avais agi différemment, peut-être que rien de tout cela ne serait arrivé ». Ne pas se contenter de dire « les femmes sont stupides » ;
  3. Ne pas fuir les conflits et les querelles, mais apprendre à les résoudre de la manière la plus constructive possible. Comprendre que les rancœurs et les inquiétudes qu’il éprouve en se disputant avec sa femme sont des émotions qui l’empêchent de penser de manière constructive. Vous pouvez faire une pause, vous calmer, mais revenir au conflit pour le résoudre.

No more posts
No more posts