Des normes dépassées: Pourquoi travailler 8 heures par jour est improductif?

Des normes dépassées: Pourquoi travailler 8 heures par jour est improductif?

La journée de travail de 8 heures est la norme dans de nombreuses industries. Henry Ford a calculé qu’il s’agit d’un temps efficace où un travailleur peut produire un maximum sans perdre de productivité à cause de la fatigue.

Cependant, nous sommes maintenant au 21e siècle, et dans les usines de Ford, ce sont surtout des robots qui travaillent. Et de nombreux économistes sont d’avis qu’il est insensé de travailler 8 heures lorsque le même travail peut être effectué en 5-6 heures.

Une journée de travail de huit heures a toujours un sens si les gens font un travail de flux. Mais pour un travail créatif, intellectuel, une telle approche est non seulement inefficace, mais même destructrice.

Pourquoi la journée de travail de 8 heures ne convient-elle pas à tout le monde?

La journée de travail de huit heures est née d’un rêve socialiste. L’auteur de cette idée est considéré comme le propriétaire d’une usine textile et réformateur social du Pays de Galles, Robert Owen. C’est lui qui, au début du XIXe siècle, a demandé l’introduction de « huit heures de travail, huit heures de récupération et huit heures de repos ». Et c’était une bien meilleure idée que la journée de travail de 12 ou 14 heures qui était acceptée à l’époque, même pour les enfants.

Pendant les 100 années suivantes, les syndicats américains ont plaidé et fait pression pour l’adoption de la norme des huit heures dans diverses industries. Henry Ford l’a généralisée en 1926 en instaurant une semaine de travail de cinq jours et 40 heures dans les usines de son entreprise. En 1940, le Congrès a officiellement établi la semaine de 40 heures aux États-Unis.

Il n’y a qu’un seul problème de nos jours : Il est presque impossible de travailler huit heures par jour dans de nombreux types de travail. Comme la plupart des personnes qui émettent des opinions et des réflexions mitigées sur la productivité, je fais référence aux travailleurs mentaux – ceux d’entre nous qui travaillent devant un ordinateur, dans un bureau ou à la maison. Surtout ceux qui créent quelque chose – écrivains, programmeurs et graphistes.

Franchement, je pense que huit heures par jour, c’est trop pour le travail en usine, dans un restaurant, dans un centre d’appels ou dans un magasin également, et nous devons repenser et changer cette norme dans tous les secteurs.

Je suis un écrivain qui travaille à domicile, donc mon emploi du temps est ma responsabilité. C’est à la fois merveilleux et terrible. Comme beaucoup de travailleurs intellectuels, à la fin de la journée, je me dis souvent : « Où sont passées toutes ces heures ? Qu’ai-je vraiment fait aujourd’hui ? » Et contrairement aux gens qui vont au bureau, je ne peux pas dire : « Oh, je suis allé au bureau ! » Je n’ai aucun critère externe de productivité, si ce n’est l’idée culturellement ancrée de travailler huit heures par jour, cinq jours par semaine.

Pour savoir à quoi je consacre mon temps, et si je rentre dans cette métrique arbitraire inventée pour des ouvriers d’usine du XIXe siècle criminellement exploités, j’ai installé RescueTime. Cette application me permet essentiellement de m’espionner. Elle suit tout ce que je fais sur mon ordinateur et me montre combien de temps je travaille chaque jour et ce que je fais réellement pendant ce temps. C’est effrayant, mais j’aime ça.

J’ai récemment eu une semaine exceptionnellement chargée et stressante au travail, car je devais terminer un long article pour un magazine et rédiger un article d’actualité urgent sur un sujet technique. Faire les deux tâches en même temps était définitivement trop difficile. Je me sentais mal pendant ces jours-là – déprimé, anxieux, je ne mangeais pas bien et ne faisais pas beaucoup d’exercice – et lorsque cette période s’est terminée, j’ai tout de suite été malade.

Lorsque j’ai regardé les statistiques de RescueTime pour ces journées (du mercredi au lundi), il s’est avéré qu’un total de 35 heures et 17 minutes ont été consacrées au travail. Je ne me suis pas reposé le week-end – j’ai travaillé deux heures le samedi et plus de sept heures le dimanche. Ma productivité était élevée, avec une moyenne de 84 %, mais à en juger par les rapports hebdomadaires de RescueTime, ce n’est pas prohibitif. (Je suis heureux de me vanter que je passe généralement moins de 30 minutes par jour sur Twitter, ce que je n’aurais jamais deviné avant d’installer RescueTime, et cela continue de me choquer. Je pensais que Twitter me bouffait mes journées. Mais non, tout tourne autour des e-mails…)

Même pendant une semaine exceptionnellement chargée pour moi, je n’ai pas travaillé 40 heures. Je n’ai pas réussi à travailler huit heures par jour, même si j’en ai été proche à quelques reprises, travaillant plus de sept heures pendant trois jours. Néanmoins, c’est plus que ce que je fais habituellement. À titre de comparaison, au cours d’une semaine de routine en octobre, sans échéances majeures, j’ai travaillé 27 heures et 11 minutes, avec une productivité moyenne de 82 %. Normalement, d’après RescueTime, je passe 20 à 30 heures par semaine devant l’ordinateur (bien sûr, je ne travaille pas toujours devant l’ordinateur, mais suffisamment pour que ce soit une mesure utile).

Je me sentirais plus mal si les autres écrivains du groupe Slack auquel j’appartiens ne parlaient pas de leur temps de travail. Il s’avère que personne ne passe régulièrement huit heures par jour à le faire. La plupart du temps, il s’agit d’un travail de cinq à six heures. Et jusqu’à ce que nous partagions nos expériences les uns avec les autres, chacun se sentait secrètement coupable et paresseux.

Beaucoup d’entre nous dans ce groupe sont des freelances. Mais je suis sûr que si vous suivez le temps des travailleurs mentaux au bureau comme je suis le mien, il est peu probable que vous voyiez 40 heures pour quiconque. Quarante heures de disponibilité, oui. Quarante heures au bureau. Quarante heures à penser au travail – au moins, et probablement plus. Mais combien de temps faites-vous réellement quelque chose, écrivez-vous quelque chose, créez-vous quelque chose ? Vous ne pouvez pas faire cela pendant huit heures par jour sans craquer.

C’est ce que le gourou de la productivité Cal Newport appelle le « travail profond ». C’est un travail profond, qui exige une concentration totale et maximise les capacités intellectuelles et créatives de chacun, est vital pour de nombreux types d’activités ainsi que pour le bonheur. Après s’être immergé dans un travail profond, on ressent de la satisfaction et de la fierté. Mais il est très difficile de rester dans cet état de concentration intense pendant plus de trois ou quatre heures par jour.

Par conséquent, si le travail profond est la partie la plus importante de votre activité, mais que vous avez une journée de travail de huit heures, vous êtes essentiellement condamné à consacrer les quatre ou cinq heures restantes à des activités extérieures et à flâner sur Internet.

Je ne dis pas que vous n’avez pas du tout besoin de répondre à des courriels, d’envoyer des factures ou de mener des entretiens. Je ne dis même pas que vous n’avez pas besoin de passer du temps sur les médias sociaux. Tous les emplois les plus créatifs et indépendants ont une partie administrative, et les médias sociaux sont amusants, s’ils ne prennent pas toute votre vie.

Mais vous n’avez probablement pas besoin de quatre ou cinq heures par jour pour cela, n’est-ce pas ? Alors pourquoi ne pas simplement faire le travail en profondeur, puis faire le reste, et enfin terminer ? Cela prend probablement moins de huit heures. Et c’est très bien. C’est le but.

Pour moi, la journée idéale de travail créatif est de cinq heures. Une heure pour se réchauffer et se connecter à l’équipe et au monde, trois heures pour se concentrer sur un projet ou peut-être deux, et une heure pour se détendre, planifier le lendemain et s’assurer que je n’ai rien manqué d’important. Je ne suis pas le seul à penser que c’est la meilleure approche du travail. Récemment, dans le New York Times, Newport parlait d’une startup en Allemagne qui a une journée de travail stricte de 8 heures à 13 heures :

Pour soutenir cette nouvelle approche, [le chef de l’entreprise] oblige les employés au bureau à laisser leur téléphone dans leur sac et bloque l’accès aux médias sociaux. Des règles strictes réduisent le temps passé en réunion (la plupart sont limitées à 15 minutes ou moins). Le plus important est peut-être que les employés ne consultent désormais leur messagerie professionnelle que deux fois par jour – pas de correspondance interminable qui détourne l’attention, pas de vérification secrète des messages entrants pendant le dîner ou les événements sportifs des enfants.

Il n’est pas surprenant que vous puissiez être plus productif en cinq heures dans un tel environnement qu’en huit heures dans un bureau normal – si vous créez quelque chose. Bien sûr, il existe de nombreux travaux de bureau importants qui ne peuvent être effectués en cinq heures seulement : les ressources humaines, la gestion, et même l’édition, qui a beaucoup moins à voir avec l’écriture que vous ne le pensez.

Je me demande également ce que les employés pensent de ces règles. Ont-ils la possibilité de connaître leurs collègues suffisamment bien pour se sentir liés à eux, ou bien tout le monde se contente-t-il de se saluer d’un signe de tête pendant les pauses ? Je ne voudrais pas travailler dans un bureau où les collègues se sentent comme des étrangers, quel que soit le nombre de fois où je dois vérifier mes e-mails.

Mais pour ceux d’entre nous qui sont engagés dans un travail créatif, concentré et relativement solitaire, cinq heures suffisent. Parfois plus que suffisant. Je vous débarrasse de ce fardeau. Allez-y et profitez enfin de votre journée de travail.


No more posts
No more posts