Un remède gratuit contre l’anxiété et les soucis que tout le monde possède

Un remède gratuit contre l’anxiété et les soucis que tout le monde possède

Beaucoup d’entre nous recherchent un « remède » contre l’anxiété et l’inquiétude. Certains ne diraient pas non à une pilule contre les pensées négatives. Et d’autres prendraient volontiers un mélange de pensées obsessionnelles, quel que soit son goût amer.

Mais combien de personnes réalisent que la plupart de ces états désagréables sont dus aux habitudes de pensée de l’individu lui-même ? Se rendent-ils compte que l’anxiété est un choix conscient de certaines personnes, qui croient qu’elle permet de détecter les problèmes à temps ? Les gens comprennent-ils que les humeurs sont influencées par les pensées, et que certaines pensées sont mauvaises ?

Les gens savent comment construire non seulement des maisons, des ponts et des fusées, mais aussi leurs propres schémas de pensée. Dans lesquels ils tombent à chaque fois, comme dans un piège.

C’est pour cette raison que les médicaments ne sont pas la seule thérapie efficace. Ils soutiennent et soulagent les symptômes, mais lorsqu’ils sont interrompus, les pensées, l’anxiété et les inquiétudes de nombreuses personnes reviennent.

Où va votre attention ?

Beaucoup de gens ont tendance à agir en pilote automatique et à ne pas remarquer ce qui se passe autour d’eux. Certains traversent la ville en voiture, se rappelant à peine comment ils sont arrivés là. Quelqu’un se déplace du travail à la maison comme s’il était inconscient, complètement inconscient de ce qui se passe autour de lui.

Si l’on demande aux gens ce qui leur arrive pendant ces moments, il est probable que beaucoup diront qu’ils sont « bouillants » dans leurs propres pensées à ce moment-là.

Si toute l’attention est concentrée sur les pensées, sur le fait de penser aux mêmes choses, sur le fait d’essayer de trouver des réponses en se posant des questions sans fin, c’est un chemin direct vers des expériences désagréables, l’anxiété et l’inquiétude.

Les gens savent depuis longtemps combien il est important de contrôler l’attention afin de maîtriser l’humeur et le bien-être. La particularité de l’attention est qu’elle peut être contrôlée. Il n’en va pas de même pour les pensées.

Techniques de contrôle de l’attention

Il y a deux façons d’entraîner l’attention :

  • Axé sur le corps ;
  • Orienté vers la prise de conscience des habitudes de pensée (méta-conscience).

La première méthode est issue des pratiques bouddhistes. Il s’agit, par exemple, de se concentrer sur la respiration en méditation. C’est pratique car vous n’avez besoin de rien d’autre que de la respiration pour le faire. Vous n’avez même pas besoin de méditer. Vous n’avez pas besoin de respirer d’une manière particulière.

Cette technique est facile à pratiquer : on respire et la respiration sert d’ancrage à l’attention. Vous pouvez la pratiquer n’importe où, n’importe quand. Il suffit de concentrer son attention sur la respiration. Si votre attention est distraite par des pensées et des expériences, vous la ramenez à la respiration. Vous n’avez pas besoin d’essayer de supprimer, de contrôler ou d’ignorer les pensées. Elles peuvent l’être, mais à ce stade, vous donnez la priorité à votre attention sur la respiration. Jour après jour, vous ramenez votre attention à la respiration.

Cette façon de faire entraîne votre attention, vous apprend à la contrôler.

Un remède gratuit contre l'anxiété et les soucis que tout le monde possède

De nombreuses personnes sont déçues par la méditation : elles s’attendent à un miracle, mais en fait, la méditation leur apprend à se concentrer sur le « ici et maintenant », c’est-à-dire à gérer leur attention. Pour faire simple, la méditation est une technique d’entraînement de l’attention.

La deuxième façon de gérer l’attention est la méta-conscience. Ne vous laissez pas intimider par ce nom abscons. Le mot grec « meta » signifie « au-delà », de sorte que ce terme se traduit littéralement par « au-delà de la conscience ». D’ailleurs, vous utilisez même parfois la métaconscience, vous ne saviez simplement pas qu’elle s’appelait ainsi.

Un exemple simple :

Vous êtes assis au travail, vous regardez un site de réseau social et vous voyez la photo d’une connaissance dans une voiture neuve et chère. Dans votre tête surgissent immédiatement des pensées comme : « Wow ! Quand as-tu réussi à l’acheter ou l’as-tu juste emmené faire un tour ? Non, je suppose que oui, il ne prendrait pas une photo de lui avec la voiture d’un autre. Hmmm, et la semaine dernière, pour une raison quelconque, il me disait qu’il n’avait pas assez d’argent ».

Et puis, boom, tu te dis : « Mec, je dois travailler. A quoi je pense ? ».

C’est à ce moment-là que vous vous êtes trouvé brièvement dans un état de méta-conscience.

La méta-conscience est un autre niveau de conscience à partir duquel vous êtes en mesure de remarquer quelles pensées sont générées par notre cerveau à ce moment précis. C’est la capacité d’observer un spectacle qui se joue sur la scène de notre conscience, d’observer et de suivre nos pensées sur les personnes, les objets, les sentiments, les émotions, les souvenirs, etc. Et à ce moment-là, lorsque vous observez en quelque sorte cette performance de l’extérieur, lorsque vous pensez à ce à quoi vous pensez, vous êtes déjà à un autre niveau de conscience.

Nous pouvons imaginer tout ce que nous voulons dans cet état, même des choses que nous n’avons jamais vues, comme un zèbre vert et rose.

Dites-moi honnêtement : avez-vous imaginé un zèbre vert et rose ? Je suis sûr que oui ! Mais ce même zèbre n’existe pas. Tu as juste donné un ordre à ton cerveau, et il t’a donné cette image. C’est la méta-conscience.

Les psychologues peuvent entrer dans le détail de la manière dont les objets sont assemblés dans notre cerveau, mais en résumé : lorsqu’on te demande d’imaginer une pomme verte, le cerveau ne stocke pas l’image d’une pomme verte. Il stocke l’image de la sphère, il stocke la mémoire, c’est-à-dire l’expérience : comment changer la sphère pour obtenir une pomme, et il stocke également les couleurs, les odeurs, les goûts, etc. Il s’agit d’un processus très complexe qui se déroule dans notre cerveau au niveau du subconscient. Nous ne pensons donc même pas à la façon dont l’assemblage se produit. Il y a donc un autre niveau de conscience que nous appelons le subconscient qui travaille là-dessus.

Un remède gratuit contre l'anxiété et les soucis que tout le monde possède

Nous avons plusieurs niveaux de conscience.

Notre niveau de conscience le plus élevé, celui dont nous sommes le plus souvent conscients, est notre conscience éveillée. C’est la conscience dont vous faites l’expérience en ce moment même, lorsque vous entendez ces mots et que votre cerveau vous fait penser à ce que vous entendez. C’est la conscience par laquelle vous voyez les images de votre environnement immédiat, entendez les sons qui vous entourent, ressentez les sensations qui proviennent des récepteurs de lumière, de son, de température, de pression, etc.

Il existe d’autres niveaux de conscience qui se situent en dessous et au-dessus de notre conscience éveillée normale. Par exemple, lorsque l’idée d' »imaginer un zèbre dans votre esprit » est entrée dans votre conscience, elle vous a demandé de supprimer l’image du zèbre de votre mémoire. Cependant, ce n’était pas vraiment votre conscience. C’était un niveau juste en dessous de notre conscience éveillée, que la psychologie appelle une partie de notre subconscient.

Le niveau suivant est la méta-conscience. Et notre tâche est d’apprendre à y accéder à notre gré.

C’est une étape importante et nécessaire pour apprendre à contrôler son cerveau. Lorsque vous entrez dans ce niveau, c’est comme si vous observiez ce qui s’y passe en ce moment même. C’est comme le tout premier exemple dont j’ai parlé au début : « Mec, à quoi je pense ? Je dois travailler ! ».

À ce moment-là, votre cerveau vous a amené à ce niveau pour que votre esprit se remette au travail. Mais notre travail consiste à apprendre à y aller par nous-mêmes et, si possible, à ne pas en sortir.


No more posts
No more posts