Fatigue permanente. Où va notre énergie ?

Fatigue permanente. Où va notre énergie ?

Que faire en cas de sensation constante de fatigue ? Où drainons-nous notre énergie pour en être toujours à court ? Qui est à blâmer : nous-mêmes ou le monde qui nous entoure ?

Nos arrière-grands-pères surveillaient la ferme et travaillaient dans les champs de 16 à 18 heures par jour. Nos arrière-grands-mères pouvaient élever 5 à 10 enfants et entretenir un potager, du bétail, de la volaille ; elles avaient même le temps de broder des serviettes le soir et personne ne se plaignait de burnout (comme les mères modernes avec deux enfants et un lave-vaisselle à leurs côtés). Que signifie tout cela ? Les gens d’autrefois avaient-ils plus d’énergie ?

Oui, c’est exact ! Aujourd’hui, les gens sont affligés d’une faim d’énergie.

D’où vient l’énergie qui nous habite ? Un regard non trivial

Lorsque j’étais un ardent matérialiste, j’étais sûr que l’énergie était produite par les mitochondries des cellules humaines. C’est ce que la science médicale nous apprend. Cela fonctionne ainsi : vous avez mangé, nourri les cellules de nutriments, elles ont travaillé et les mitochondries ont libéré de l’énergie électrique, qui a poussé les bras/pieds.

Tout cela semble logique. Mais une question se pose alors : pourquoi ma voisine vient-elle de rentrer de déjeuner et se plaint-elle déjà de ne pas avoir d’énergie pour travailler ?

Fatigue permanente. Où va notre énergie ?

Voici à quoi ressemblent les mitochondries.

Je connais pas mal de gens qui mangent bien, ont un travail de bureau simple, mais sont trop paresseux pour prendre soin d’eux-mêmes, ne veulent pas sortir de chez eux, n’ont pas l’énergie de nettoyer l’appartement, même s’il y a des masses de poussière dans les coins. De quoi s’agit-il ? De la paresse ? Ou un réel manque d’énergie ?

Je pense que la paresse est le premier signe d’une faible charge de notre batterie interne. Une personne énergique n’est jamais paresseuse ! Elle trouvera toujours quelque chose à faire.

L’énergie nous remplit-elle différemment des chats, des chiens ou des autres créatures vivantes ? S’ils mangent, ils courent, et s’ils ne mangent pas, ils peuvent à peine traîner les pieds. Oui, exactement !

Le fait est qu’avec les humains, ce principe ne fonctionne PAS, car les humains sont des êtres spirituels, pas des animaux (sauf, bien sûr, s’ils ne travaillent pas uniquement pour la nourriture). L’énergie qui nous anime principalement est d’une nature plus subtile, spirituelle, bien qu’à un moment donné elle se transforme en une forme biologique.

Cela peut sembler évident pour quelqu’un, mais j’ai personnellement passé 5 ans à le découvrir. J’ai ainsi découvert que l’énergie électrique (provenant des mitochondries) est une partie importante de notre système énergétique humain, et qu’elle nous est inhérente depuis l’origine animale. Mais ce n’est qu’une partie de l’iceberg. Il existe une deuxième composante : le principal moteur de l’être humain est constitué par les constructions mentales (pensées), les sentiments et les émotions.

C’est pourquoi le principe « mange et va au travail » ne nous motive pas comme le font les animaux. Nous avons besoin d’autre chose, de quelque chose de plus précieux. Les animaux n’ont pas besoin d’y penser, car ils n’ont pas de pensées, pas de sentiments dans notre conception humaine, seulement des émotions à l’état embryonnaire.

Fatigue permanente. Où va notre énergie ?

Énergie provenant des aliments et énergie spirituelle. Quelle est la différence ?

Les pensées, les sentiments et les émotions (l’énergie spirituelle) nous fournissent la partie la plus importante de notre énergie vitale. Et contrairement à l’énergie physique (électrique) qui est infinie, elle ne peut jamais s’épuiser.

Mais si l’énergie spirituelle est illimitée, alors pourquoi nous sentons-nous fatigués ?

Je pense que tout le monde connaît cette situation : vous êtes en vacances dans un pays chaud au bord de la mer et vous avez décidé de faire une excursion. La chaleur est terrible, quelque chose ne va pas, la climatisation du bus ne peut pas faire face, plus un tas d’arrêts ennuyeux dans toutes sortes de magasins avec de la camelote touristique à des prix gonflés. Vous avez faim et vous maudissez déjà votre envie d’aller sur la montagne qu’on vous a promise avec une sorte d’attraction. Vous ne rêvez plus que de retourner sur la plage de l’hôtel.

Et c’est ainsi que vous arrivez enfin à la destnation. Avec les dernières forces qui vous restent, vous montez les escaliers de mille marches jusqu’au sommet de la montagne, lavé de la chaleur, et… devant vous s’ouvre soudain une vue d’une beauté saisissante sur la mer illimitée, les montagnes vertes et le dôme bleu du ciel. Vous en avez le souffle coupé… vous vous mettez à crier de joie, à prendre des photos sur tous les rochers de l’endroit, et ainsi de suite. Où est la fatigue ? Où est l’état d’épuisement « je vais mourir » ? D’où vous vient cette énergie nouvelle, alors que vous n’avez rien mangé et que vous n’avez même pas eu le temps de vous reposer ou de dormir ?

C’est simple : toucher tout ce qui est beau et intéressant vous remplit de joie, et la joie est une émotion ressource qui envoie immédiatement une puissante charge d’énergie dans le corps. Autrement dit, l’énergie est toujours présente dans notre corps, mais elle ne peut être libérée que par la conscience.

Dans mon exemple, la conscience a reçu une raison de se réjouir de la beauté de la nature. Il s’agit d’une joie spirituelle, elle n’est pas accessible à un animal, aucun animal ne peut faire le plein d’énergie juste en voyant un beau paysage, mais les humains ont cette capacité. Mais dans notre voyage hypothétique, cette joie nous est arrivée par accident ; nous ne l’avons pas évoquée en nous intentionnellement.

Fatigue permanente. Où va notre énergie ?

N’est-ce pas pour cela que nous aimons tant voyager, car malgré la fatigue du chemin, nous nous ressourçons à l’énergie de la beauté de la nature.

Imaginez ce qui se passerait si nous comprenions comment gérer l’énergie spirituelle ? Et si nous savions comment nous connecter à cette source d’énergie intérieure à tout moment ? Dans ce cas, nous pourrions y puiser consciemment des quantités illimitées d’énergie, quand nous en avons besoin et autant que nous en avons besoin.

Or, c’est précisément avec la solution de ce problème que la plupart des gens rencontrent des difficultés. Une fois qu’ils ont reçu une charge d’énergie spirituelle, ils ne savent tout simplement pas comment l’utiliser. Bien qu’il soit possible d’accéder consciemment à ce réservoir infini par la pensée – l’essentiel est de savoir comment penser correctement.

Fatigue permanente. Qu’est-ce qui « mange » notre énergie et qui le fait ?

Donc, nous l’avons compris : notre énergie et notre pensée sont étroitement liées. Nous vivons et pensons continuellement, communiquons les uns avec les autres et ressentons, et ce processus de pensée et de sentiment est le domaine de notre conscience.

En même temps, la plupart des gens sont habitués à penser et à ressentir selon des schémas : à la fois sur eux-mêmes et sur le monde qui les entoure. Dans l’espace intérieur, ce sont des dialogues avec nous-mêmes, nos pensées sur nous-mêmes, la façon dont nous nous rapportons à nous-mêmes, tout cela est porteur d’énergie. Et c’est là que nous commençons à la perdre. L’énergie de vie s’évacue de notre monde intérieur chaque fois que nous nous laissons aller à des pensées et/ou des comportements destructeurs pour nous-mêmes.

Des exemples de ces attitudes destructrices sont la victime/la honte/l’humiliation/l’agression/la haine/la culpabilité et de nombreux états psychologiques que vous connaissez tous. Toute lutte intérieure draine notre énergie : lorsque nous divisons les gens entre les nôtres et les étrangers (et que nous commençons à détester les étrangers et à protéger les nôtres), entre les mauvais et les bons (et que nous commençons à juger les mauvais, en nous prouvant que « je suis bon », « je ne suis pas comme lui, il est définitivement mauvais »), etc.

Il est très courant aujourd’hui sur le Web d’écrire sur les personnes toxiques et les relations toxiques. C’est vrai, parce qu’il y en a beaucoup autour de nous. Mais pour une raison quelconque, les blogueurs ne commencent pas la conversation par la chose la plus importante : « Comment ne pas devenir soi-même un cormoran en colère et une personne toxique ».

Le fait est que personne (pas même la personne toxique la plus sauvage) ne nous fera autant de mal que nous nous en faisons à nous-mêmes. Oui, c’est vrai, nous nous mangeons nous-mêmes, épuisant d’abord notre humeur, puis notre force morale et physique, nous privant de l’accès à cette même source illimitée de force et d’énergie (qui est prête à nous marteler à tout moment, mais nous, pour une raison quelconque, avons terriblement peur de la laisser faire).

Fatigue permanente. Où va notre énergie ?

Demandez-vous :

  1. Combien de fois ressentez-vous du ressentiment envers les autres ?
  2. À quelle fréquence ressentez-vous de la colère envers quelqu’un ?
  3. Combien de fois êtes-vous jaloux des autres ?
  4. Combien de fois pensez-vous que la vie est injuste envers vous ?

Des questions désagréables, n’est-ce pas ? Mais que le verdict soit sévère mais juste :

Si vous ressentez souvent ces choses, cela signifie que vous êtes un grand « mangeur » de votre propre énergie.

Si vous ne voulez pas être dans un état de fatigue permanent, ne cherchez pas la négativité, détachez-vous d’elle, ne laissez pas les émotions négatives prendre le dessus sur votre esprit. Vous souvenez-vous de Dart Vader et d’Anakin Skywalker ? Qu’est-ce qui séparait la personnalité sombre de la personnalité claire ? Et qui était le plus heureux à la fin ?

Ne t’énerve pas, ça ne sert à rien. Oui, il y aura toujours des problèmes et du stress dans nos vies, mais il est important d’y répondre correctement et de ne pas en faire toute une histoire.

Rappelez-vous : le flot de pensées négatives est TOUJOURS bien pire que la raison qui l’a déclenché.

C’est le fait de ruminer divers scénarios négatifs de comportements/actions/pensées (peu importe qu’il s’agisse de ceux de quelqu’un d’autre ou des vôtres) qui constitue une ÉNORME distribution d’énergie vitale. Après une journée passée à ressasser une situation négative, vous vous sentez comme un citron pressé, même si vous n’êtes pas du tout tendu physiquement.

Cela vous semble-t-il familier ? Je sais que c’est le cas. J’aimais aussi (avant, maintenant je me débarrasse de cette habitude) me remonter le moral. Parfois, on s’épuise tellement qu’on s’écroule sans énergie, même si en fait rien de plus lourd qu’une louche dans les mains n’a tenu.

Toute contrariété pour qui que ce soit est toujours une perte d’énergie. Peu importe si votre mère a vraiment fait quelque chose de mal, ou si les voisins percent vraiment les murs à 2 heures du matin. Le fait est que, si vous commencez à vous enflammer de colère à ce sujet, vous vous enfermez dans une perte d’énergie. Ce n’est pas votre mère/voisin/patron/fils/gouvernement qui vous prive de sommeil, de paix, d’énergie, de nerfs et de santé, mais votre RÉACTION à leurs actions.

Nous ne pouvons pas éviter ce que nous ne pouvons pas éviter. Les situations négatives dans nos vies ont été, sont et seront, mais le truc est d’apprendre à les accepter calmement, sans émotion inutile.

Fatigue permanente. Où va notre énergie ?

Conseils pour obtenir de l’énergie vivante

Comment recharger l’énergie vitale ? C’est très simple : vous devez rechercher des émotions et exclusivement des émotions positives, puis vous en souvenir et les recréer dans votre esprit. Comme elles s’empilent les unes sur les autres comme une pâte feuilletée, elles créeront un effet cumulatif et vous rendront encore plus actif et productif.

Rappelez-vous l’état dans lequel vous êtes tombé amoureux ? Quelle énergie vous aviez alors ! Vous vous souvenez de votre passe-temps préféré ? Vous avez perdu la notion du temps en le pratiquant ! Vous vous souvenez de votre travail/projet préféré ? Vous avez travaillé aussi dur que si on vous avait injecté une canette de Red Bull dans le sang !

Ce n’est pas seulement ma théorie, c’est une relation prouvée entre nos pensées, notre conscience et notre énergie. N’importe quel entraîneur sportif vous confirmera que le succès d’un futur athlète dépend à 50% de son humeur et à 50% de sa force physique. Sans l’attitude « je peux, je veux », sans la volonté de gagner, sans le dépassement de ses limites intérieures, un athlète n’arrivera à rien, même s’il a le meilleur ADN et la meilleure forme physique du monde.

Une attitude bonne, positive et aimante envers vous-même équivaut à être constamment dans le POUVOIR, dans ce qu’on appelle « l’état de ressource », lorsque vous avez assez d’énergie pour tout. Dans l’état de ressource, il est facile pour vous de vivre, facile de créer, vous avez assez de pouvoir pour résoudre tous les problèmes. Mais comment accéder à cet état ?

Fatigue permanente. Où va notre énergie ?

Transition vers un état de ressources : 10 façons de faire le plein d’énergie

  1. Passez au moins 30 minutes en silence. Si vous savez comment faire, faites une méditation. Trouvez une position confortable pour vous, éteignez tous les gadgets et supprimez toutes les distractions. Il est préférable de ne pas se livrer à l’auto-analyse, en réfléchissant aux problèmes. Votre tâche consiste à détendre votre corps et votre esprit ;
  2. Parlez à ceux qui vous inspirent. Selon de nombreux psychologues, les relations entre les personnes sont l’une des sources potentielles les plus puissantes de récupération émotionnelle. Seulement, il devrait s’agir d’une réunion privée ou d’une petite entreprise où vous pouvez obtenir une charge émotionnelle en tête-à-tête. Et votre état changera pour le mieux ;
  3. Faites des exercices physiques. Mais n’en faites pas trop : un petit exercice de 20 à 30 minutes est suffisant. Et malgré une certaine fatigue de vos muscles, sachez que le sport donne de l’énergie, il n’en enlève pas. Du moins, jusqu’à une certaine limite. Vous pouvez faire du sport, du yoga, de la danse ou aller courir. Choisissez le type d’activité qui vous convient ;
  4. Faites des exercices de respiration. C’est simple : inspirez pendant 8 secondes, expirez pendant 16 secondes. Répétez cet exercice 10 fois. Plus nous respirons profondément, plus notre niveau d’anxiété diminue. Le fait est que le système nerveux autonome comporte deux parties. Le sympathique déclenche une réponse au stress, et le parasympathique est responsable de la relaxation. Les respirations profondes avec retenue du souffle activent le système nerveux sympathique, et une longue expiration calme le système nerveux parasympathique ;
  5. Allez vous promener dans un nouvel endroit. Parc, rue, champ – tout ce que votre cœur désire. Le fait est que lorsque vous êtes dans le même environnement, les schémas habituels de pensée et de comportement sont reproduits. Lorsque l’environnement change, le cerveau établit une nouvelle série de connexions neuronales. Et c’est le moment idéal pour faire une recharge ;
  6. Dormez suffisamment. Un sommeil sain est la base d’une bonne santé physique et mentale. Le corps récupère pendant le sommeil. Mais il ne faut pas en abuser. En fait, essayer de « dormir suffisamment pendant le week-end » peut être perturbant et préjudiciable. Réveillez-vous et dormez à peu près à la même heure, même le week-end. Et si quelque chose s’est mal passé pendant la nuit, vous pouvez rattraper ces heures avec une sieste dans la journée ;
  7. Prenez une douche fraîche. Le fait est que lorsque vous prenez une douche, le taux d’acide urique dans le corps diminue et le taux de glutathion augmente – il est responsable de la restauration des antioxydants et aide à faire face au stress ;
  8. Pensez aux bonnes choses. Ou rappelez-vous les moments heureux. Les souvenirs nostalgiques aident à réduire le niveau de stress. Lorsque vous vous rappelez de tels moments positifs, c’est comme si vous viviez à nouveau ces mêmes émotions. Et votre état d’esprit change ;
  9. Faites ce que vous aimez le plus. Le choix vous appartient. Vous pouvez dresser une liste des activités que vous aimez. Il peut s’agir d’écouter de la musique, de peindre, de chanter ou de nourrir les écureuils dans le parc ;
  10. Mettez de l’ordre dans vos affaires. Le chaos absorbe l’énergie. C’est comme un trou noir, qui aspire et draine tranquillement votre énergie. C’est pourquoi il est important de tout mettre en ordre : vos vêtements et votre maison, votre courrier électronique, votre ordinateur et vos documents.

Récapitulons

Aujourd’hui, l’énergie des gens est la nouvelle monnaie. C’est le niveau qui détermine l’efficacité, l’humeur et le bien-être en général. Elle peut être gaspillée rapidement, et il n’est pas si facile de la restaurer. Mais c’est possible. L’essentiel est de suivre les recommandations de cet article.


No more posts
No more posts