Pourquoi est-ce mal de crier sur les enfants?

Pourquoi est-ce mal de crier sur les enfants?

« Combien de fois dois-je te le dire ?! Tu es absolument médiocre ! J’aimerais pouvoir te donner une bonne raclée, et tu apprendrais tout de suite ! ». Beaucoup d’entre nous ont souvent entendu cette phrase dans leur enfance, se sont jurés de ne jamais la dire à leurs enfants, et pourtant, de temps en temps, nous la prononçons encore. Et à lever la main sur leurs enfants parce que « la force n’existe pas ».

Mais est-ce la bonne méthode parentale que de crier sur les enfants ? Un neuropsychologue et un psychophysiologiste expliquent comment le corps d’un enfant réagit à une punition, comment cela affecte les résultats scolaires et quelles peuvent être les mesures parentales alternatives.

Le poinçon des mots

Sur le plan physique, la violence est l’expérience de la douleur, et la douleur signale un danger et déclenche le mécanisme « frapper ou fuir ». L’adulte est plus fort, il est donc rare qu’un enfant soit physiquement agressif envers lui.

Cependant, les émotions ayant besoin d’un exutoire, l’agressivité est souvent dirigée vers ceux qui ne peuvent pas se défendre. Il peut s’agir d’autres enfants et de certains adultes. C’est pourquoi une agression soudaine peut être le symptôme d’une violence exercée sur l’enfant.

La violence n’est pas seulement l’utilisation de la force physique, mais aussi toute action dont le but conscient est de contrôler ou de soumettre une autre personne par la peur, l’humiliation, l’intimidation, l’accusation, la coercition, la manipulation.

Lorsque nous crions sur un enfant, que nous l’insultons, que nous le privons de choses significatives ou de communication avec ses amis, nous lui causons, d’un point de vue physiologique, presque autant de mal que lorsque nous le frappons avec une ceinture.

Implications pour le développement du cerveau de l’enfant

Voici l’avis d’un neuropsychologue :

Les personnes qui ont régulièrement subi des abus dans leur enfance ont une taille réduite des structures cérébrales qui traitent les informations émotionnelles et sont responsables de la mémoire.

Elles présentent une altération du métabolisme de certains neurotransmetteurs (en particulier l’ocytocine, qui est associée à la formation d’attachements) et de substances associées à la régulation des états de stress.

En outre, le « système de renforcement du cerveau » ne fonctionne pas correctement : les expériences positives ne leur servent pas de guide, ils deviennent moins sensibles aux signaux de l’environnement extérieur qui peuvent leur indiquer la voie du succès.

En même temps, la sensibilité au danger reste à un niveau élevé, ce qui rend ces personnes moins déterminées et moins motivées pour le développement personnel.

Voici l’avis d’un psychophysiologiste :

Ce n’est pas seulement la douleur physique qui entraîne le stress, mais surtout l’humiliation à laquelle l’enfant est soumis. Ce stress naît en réaction à l’impossibilité de satisfaire ses besoins d’acceptation, de respect et d’amour.

La satisfaction de ces besoins affecte la maturation de toutes les structures cérébrales – surtout celles qui sont importantes pour la formation de l’attention, de la parole, de la régulation motivationnelle et émotionnelle. D’un point de vue physiologique, il se passe ce qui suit.

Les cellules nerveuses de l’hypothalamus, la structure qui réagit aux événements humains importants (y compris la satisfaction des besoins), doivent sécréter des substances spéciales, les neurohormones.

Si la relation de l’enfant avec ses proches provoque du stress au lieu d’émotions positives, la synthèse de ces substances dans l’hypothalamus est perturbée. Il y a une rupture : la maturation normale des mécanismes cérébraux responsables de la régulation émotionnelle-motivationnelle et de l’activité cognitive est perturbée.

Un cercle vicieux se crée : les punitions, dont le but est de corriger le comportement de l’enfant, réduisent en fait les possibilités d’apprentissage et de maîtrise de soi, et par conséquent, donnent de nouvelles raisons de punir.

Conséquences sur la santé mentale

L’enfant a peur de la punition. La peur est un puissant facteur de motivation, mais elle ne stimule qu’une seule activité – l’évitement de ce qui fait peur. Les châtiments corporels n’augmentent pas l’intelligence et l’assiduité, mais les enfants commencent à mentir activement, car c’est la seule chance d’éviter la punition. Ils cachent et abîment leurs cahiers et leurs agendas, faisant tout pour que leurs parents ne découvrent pas leurs mauvaises notes. Ils inventent qu’ils n’ont pas eu un devoir et que l’examen a été reporté. Cela se produit parce que l’adulte est intempestif, impatient, impulsif et agressif.

Si les punitions sont particulièrement sévères, certains enfants s’enfuient de la maison ou même s’enlèvent la vie. Et ils s’enlèvent la vie de manière impulsive, de sorte que les suicides d’enfants sont les moins prévisibles. Si les punitions sont « tolérées », certains enfants apprennent à « s’éteindre » : dès qu’ils sont punis, ils ne ressentent, n’entendent et ne voient plus rien. L’habitude de réagir de cette manière à toute influence négative est conservée pendant de nombreuses années.

La peur est un stimulus puissant qui tue les autres types de motivation. Un enfant habitué à travailler sous la menace d’une punition cesse d’aimer ce qu’on lui enseigne et considère l’apprentissage comme la cause de tous ses problèmes.

De plus, l’enfant se retrouve dans une situation presque sans issue. Il ne peut pas « démissionner » : cesser de communiquer avec ses parents, changer de lieu de résidence ou de professeur, ou aller « à un autre emploi ».

La violence vient des proches, ce qui signifie que le monde en général et sa propre maison ne sont plus un lieu sûr. Les relations avec les proches ne sont plus un soutien, et sa propre personnalité l’est d’autant plus que c’est elle qui commet les erreurs pour lesquelles elle est ensuite punie.

Sur le plan interpersonnel, tout cela entraîne une perte de confiance, de proximité psychologique, une réticence à se montrer (toute manifestation est dangereuse, car elle peut être suivie d’une punition). Sur le plan psychologique interne, c’est la dévalorisation de soi – l’enfant n’a pas encore de noyau interne sain et est guidé dans son évaluation par des adultes autoritaires.

Dans toute situation menaçant l’échec, l’enfant tombe facilement dans la panique. Cela entraîne à son tour une perte de la capacité à penser logiquement. Le doute de soi empêche l’enfant de s’appuyer sur l’expérience et les connaissances disponibles : il lui semble qu’il fait tout de travers. La violence supprime en fait l’initiative et la créativité chez l’enfant, il cesse de ressentir la joie de vivre.

Les effets les plus courants de la violence dans l’enfance observés chez les adultes sont le syndrome de fatigue chronique, l’anhédonie (incapacité à profiter de la vie), la dépression et les troubles de l’attachement. On sait que les femmes qui ont été régulièrement maltraitées dans leur enfance ont beaucoup moins de chances d’établir des relations avec un partenaire et éprouvent moins de sentiments chaleureux envers leurs enfants.

Y aurait-il un avantage à ce genre d’éducation ?

Il n’y a pas de « gagnants » qui sortent indemnes de situations de violence domestique. Cependant, il existe des variantes d’évolution relativement favorable des événements pour l’enfant.

Ceux qui ont trouvé la force de protester réussissent à se préserver. Cela donne à l’enfant la sensation qu’il est capable de quelque chose, renforce son estime de soi. En même temps, c’est un mode d’affect, une résistance farouche et souvent un égoïsme extrême. Elle n’implique pas le respect des autres. Le plus souvent, cela se produit lorsqu’un parent punit impulsivement et se repent ensuite.

Le deuxième scénario est le « syndrome de Stockholm », lorsque l’enfant se joint à l’agresseur dans l’espoir qu’il l’aimera pour sa loyauté et qu’il cessera de frapper. Dans ce cas, il essaie d’imiter l’agresseur en tout et adopte son système de valeurs. Il ne crée rien de propre, mais tente pédestrement de répéter la « voie du pouvoir ». Il lui semble que seule une adhésion stricte au système lui évitera d’autres punitions. Il accepte le fait que les punitions ont été méritées par lui.

Cette option engendre des fanatiques. Devenue adulte, cette personne est également susceptible de battre les enfants, et elle le fera délibérément et cruellement. En règle générale, ces personnes n’ont aucune pitié. Cette variante se produit plus souvent dans les situations où les parents punissent délibérément, « selon le système ».

La troisième option est celle des menteurs, des personnes qui ont appris à éviter la punition en trompant. Ils respectent les règles et semblent très intéressés par celles-ci jusqu’à ce qu’ils constatent qu’elles échouent ou ne répondent pas aux attentes. À ce moment-là, le mensonge commence. Cela se produit automatiquement : les mécanismes de défense visant à éviter la responsabilité et à « sauver la face » sont déclenchés. Dans ce cas, ce sont toujours les autres qui se révèlent coupables.

Malgré les « effets secondaires » évidents, ces trois scénarios sont les plus constructifs et les plus positifs : ils permettent à l’enfant de survivre et de conserver une relative santé mentale. Dans d’autres cas, en grandissant, les enfants développent des dépendances et acquièrent l’idée que frapper est normal, qu’il est possible de résoudre les problèmes par la violence physique.

Il est naïf et dangereux d’espérer que les châtiments corporels puissent élever une personne en bonne santé mentale, intelligente, mature émotionnellement, qui se respecte et respecte les autres.

Est-il possible d’élever les enfants différemment. Et comment ?

La première chose que l’adulte doit faire est de comprendre ce qui le met en colère, de déterminer ses « déclencheurs ». Il peut s’agir d’impolitesse, de grossièreté, du refus de l’enfant d’obéir aux demandes.

Tout cela évoque certaines sensations physiques chez l’adulte : tension musculaire, afflux de sang à la tête. Le corps se prépare à se défendre, à supprimer, à arrêter.

Lorsque cela vous arrive, c’est une raison de vous arrêter, sans pour autant amener la situation à une action physique. Il est beaucoup plus difficile pour un enfant de s’arrêter : il n’a pas encore le même niveau de régulation arbitraire qu’un adulte. Une des étapes nécessaires est de « quitter la situation », d’augmenter la distance.

Par exemple, il est possible de dire : « Je ne suis pas prêt à te parler comme ça. Maintenant, je suis très en colère et j’ai besoin de me calmer. Quand nous nous serons tous les deux calmés, nous reviendrons sur cette conversation ». Le temps mort nous permet de commencer à penser de manière plus constructive.

Il est important d’identifier vos « déclencheurs » à l’avance, afin d’apprendre à reconnaître rapidement ce qui se passe et à vous dire « stop ».

Diverses techniques de relaxation et un simple comptage de un à cent permettent également de soulager la tension nerveuse et de se distancier psychologiquement de ce qui se passe.

Il est important d’identifier à l’avance ses « déclencheurs » afin d’apprendre à prendre rapidement conscience de ce qui se passe et à se dire « stop ». S’arrêter ne signifie pas perdre, abandonner sa position. Cela ne signifie pas non plus l’interdiction d’exprimer des émotions négatives en réponse au comportement de l’enfant.

Personne ne conteste la nécessité d’un retour négatif dans l’éducation et la formation. Il peut s’agir d’une évaluation négative calme (non pas de l’enfant lui-même, mais de ses actions) accompagnée d’une explication de la nature exacte de l’erreur ou du mauvais comportement, des raisons pour lesquelles il est mauvais pour l’enfant ou pour les autres et de la manière dont il est possible de corriger ou d’interdire une telle erreur à l’avenir.

Il est nécessaire de comprendre que les raisons des difficultés d’apprentissage peuvent être différentes : aussi bien neurophysiologiques (liaisons « faibles » ou « immatures » des systèmes cérébraux qui assurent les fonctions cognitives) que sociales. Les situations conflictuelles peuvent également résulter d’un comportement inadéquat ou non professionnel des adultes.

Par conséquent, les alternatives aux punitions corporelles ou humiliantes pour l’enfant peuvent être complètement différentes – du travail avec un psychologue familial au traitement par un neurologue ou un psychiatre pour une aide médicale.

Prophylaxie

Étant donné que les situations provoquant des accès d’agressivité se répètent généralement, il est important de prévenir leur répétition si possible. Il n’est pas nécessaire d’emmener l’enfant dans des endroits bondés et bruyants si chaque sortie se termine par une crise de colère. Si l’enfant est inattentif et oublie régulièrement ses tâches quotidiennes, il est nécessaire de réfléchir à un système efficace de rappels.

Il est important de convenir à l’avance avec votre enfant de ce que vous voulez qu’il fasse, d’expliquer pourquoi c’est important et de réfléchir ensemble à la manière de réussir. Vous devez vous concentrer sur les exigences qui comptent vraiment. Si vous exigez trop, cela surcharge l’enfant et il essaie d’échapper à cette surcharge en cessant d’obéir.

Laissez l’enfant prendre ses propres décisions, au moins dans les situations qui ne sont pas particulièrement importantes, ou si vous n’êtes de toute façon pas en mesure de contrôler les exigences.

Si vous pensez avoir fait quelque chose de mal, d’injuste, n’hésitez pas à vous excuser.

L’enfant apprendra ainsi à voir, à reconnaître et à corriger ses erreurs.

Pour un parent enclin aux pannes, il est extrêmement important d’avoir le soutien de quelqu’un qui sera capable d’écouter, de comprendre, et non d’imposer sa vision « unique et correcte » de l’éducation des enfants. Il est tout aussi important de se tenir à l’écart de ceux qui sont prêts à enseigner et à critiquer. S’il n’y a personne dans la famille pour vous soutenir, vous pouvez vous adresser à un psychologue.

Enfin, il est extrêmement important de vous traiter vous-même de manière plus positive, avec bienveillance, d’apprendre à vous pardonner vos erreurs, de voir en chacune d’elles une occasion de changer pour le mieux.


No more posts
No more posts